top of page

Comprendre la Dépendance Affective : Les peurs et croyances qui nous emprisonnent

La dépendance affective est un état où une personne ressent un besoin excessif d'être aimée, approuvée ou soutenue par les autres. Cette condition peut avoir des répercussions significatives sur la vie quotidienne et les relations interpersonnelles.

Dans cet article, nous allons explorer les peurs et les croyances profondes qui sous-tendent la dépendance affective, ainsi que leurs implications.


Les Peurs qui alimentent la Dépendance Affective


La Peur de l'Abandon

La peur d'être rejeté ou abandonné est une émotion profondément enracinée chez les personnes souffrant de dépendance affective. Cette peur découle d'expériences passées de rejet, d'abandon ou de perte, qu'elles soient réelles ou perçues. Ces expériences peuvent remonter à l'enfance, où des relations instables avec des figures d'attachement, comme les parents ou les soignants, ont semé les graines de cette peur persistante.

Pour certaines personnes, la peur de l’abandon trouve ses racines dans des expériences d'abandon réel, comme le divorce des parents, le décès d'un proche, ou des séparations précoces avec des figures d'attachement. Pour d'autres, cette peur peut découler de relations instables ou traumatiques dans le passé, où la confiance a été trahiel'amour a été conditionnel.

un enfant marche seul sur un chemin

L’origine de la peur de l’abandon prend également sa source au moment de la gestation, lorsque la personne est issue d’une grossesse gémellaire et qu’elle a vécu la perte de son jumeau en tout début de gestation. Dans la majorité des cas, ce traumatisme gestationnel passe inaperçu pour la mère. Quant à l’enfant qui naît sans son jumeau, celui-ci vit un deuil qui ne sera pas reconnu et en ressentira les conséquences tout au long de sa vie. Ce qui ne remonte pas en conscience, ne peut être intégré et libéré...


Les personnes dépendantes affectives ont tendance à adopter des stratégies d'attachement excessives pour éviter à tout prix d'être abandonnées, même si cela signifie sacrifier leur propre bien-être ou se conformer aux désirs de leur partenaire. Ces stratégies incluent la fusion émotionnelle, la dépendance excessive, la jalousie maladive, voire des comportements de contrôle. Certaines personnes deviennent très possessives ou jalouses, craignant que leur partenaire ne les quitte pour quelqu'un d'autre. D'autres peuvent développer des comportements de fuite ou d'évitement, anticipant le rejet et se retirant émotionnellement pour se protéger. Quelle que soit la manifestation, cette peur crée des schémas de communication toxiques et des conflits récurrents au sein du couple.


Invitation : Reconnaître les schémas de comportement qui découlent, et apprendre des stratégies d'adaptation plus saines pour gérer l'anxiété et l'insécurité.


La Peur de l'Autonomie

La peur de l'autonomie est un aspect souvent négligé mais crucial de la dépendance affective, où la personne ressent une anxiété intense à l'idée de se retrouver seule ou de devoir prendre des décisions indépendantes. Ces personnes craignent l'autonomie et la liberté, préférant s'appuyer sur les autres pour se sentir en sécurité et comblées.

Les origines de la peur de l'autonomie découlent d'expériences où les personnes dépendantes affectives ont appris à associer la solitude à la douleur et à la vulnérabilité.

Les personnes évitent activement les situations où elles pourraient se retrouver seules, recherchant constamment la compagnie des autres pour éviter de faire face à leurs propres pensées et émotions. Cette peur les amène à rester dans des relations malsaines ou toxiques simplement par peur de l'incertitude ou de l'inconnu.

La personne devient excessivement attachée à son partenaire, à ses amis, à ses enfants, à ses parents, cherchant à fusionner avec l’autre pour combler son propre vide intérieur. Cela entraîne une dépendance émotionnelle et un sentiment d'étouffement dans la relation, ainsi qu'une diminution de l'estime de soi et de la confiance en soi. Cette peur empêche la personne dépendante d'établir des limites saines ou de poursuivre ses propres intérêts et objectifs, car elle craint de perdre la sécurité et la validation que leur offre la relation.


Invitation : Apprendre à cultiver un sentiment de sécurité intérieure et de confiance en soi. Développer des compétences en matière de gestion du stress et de résolution de problèmes pour faire face à l'incertitude de manière constructive. Renforcer les compétences en matière de communication et de relation pour établir des limites saines et promouvoir des relations basées sur l'égalité, le respect mutuel et la réciprocité.


La Peur de l'Échec

La peur de l'échec est une autre composante importante qui alimente la dépendance affective. Pour beaucoup de personnes souffrant de ce trouble, la pensée de l'échec dans une relation est profondément anxiogène et peut déclencher des comportements et des pensées irrationnels.

L'origine de la peur de l'échec dans le contexte de la dépendance affective découle de schémas familiaux où la performance et la réussite étaient valorisées au-dessus des relations interpersonnelles. Dans ces cas, l'idée de ne pas être capable de maintenir une relation peut être perçue comme un échec personnel.

un enfant sur un poney traversant les champs

La peur de l'échec dans une relation peut avoir des conséquences dévastatrices. Les personnes dépendantes affectives adoptent des comportements de contrôle excessif ou de manipulation dans le but de maintenir la relation à tout prix. Elles ont tendance à éviter les conflits ou les discussions difficiles de peur que cela ne mette en péril la relation. Ces comportements peuvent entraîner une dynamique malsaine où les besoins et les désirs de la personne dépendante sont sacrifiés au profit de la relation.

La peur de l'échec est liée à une estime de soi fragile et à une valorisation conditionnelle. Les personnes dépendantes affectives perçoivent l'échec dans une relation comme une validation de leur manque de valeur personnelle. Cette croyance pousse à s'accrocher encore plus fermement à la relation, dans l'espoir que cela compensera leurs propres insécurités.


Invitation : Reconnaître et de remettre en question les croyances sous-jacentes sur la valorisation de soi et la réussite. Effectuer un travail d’introspection pour explorer les expériences passées qui ont contribué à cette peur et apprendre des stratégies d'adaptation plus saines pour gérer l'anxiété et l'insécurité. Développer une estime de soi plus solide et cultiver des relations basées sur l'authenticité et le respect mutuel.


Les Croyances Limitantes associées à la Dépendance Affective


La Croyance en la Valorisation Conditionnelle

La croyance en la valorisation conditionnelle est une conviction profonde selon laquelle notre valeur personnelle dépend de l'amour et de l'approbation des autres. Les origines de la croyance en la valorisation conditionnelle proviennent d'expériences où les sentiments et les besoins n'étaient pas pris en compte ou étaient rejetés par des figures d'attachement importantes. Cela peut également provenir de normes culturelles ou sociales qui valorisent la conformité et la perfection aux dépens de l'authenticité et de l'expression de soi.

Les personnes dépendantes peuvent devenir extrêmement sensibles au rejet ou à la critique, interprétant ces événements comme une validation de leur manque de valeur personnelle. Pour compenser cette insécurité, elles recherchent de manière compulsive l'approbation et l'amour des autres, même si cela signifie sacrifier leur propre bien-être ou se conformer aux désirs de leur partenaire.

Elles adoptent des comportements de fusion émotionnelle ou de dépendance excessive, craignant que leur valeur personnelle ne soit invalidée si elles ne reçoivent pas suffisamment d'amour ou d'approbation de la part de leur partenaire.


Invitation : Remettre en question les croyances limitantes sur la valorisation et développer une estime de soi plus solide et plus authentique. Apprendre à se soutenir soi-même émotionnellement et à cultiver des relations basées sur l'égalité, le respect mutuel et l'amour inconditionnel.


La Croyance en la nécessité de Sauver les autres

Certains individus pensent qu'ils doivent sauver ou prendre soin des autres pour être aimés en retour, ce qui conduit à des relations déséquilibrées et toxiques.

La croyance en la nécessité de sauver les autres est une conviction selon laquelle notre valeur personnelle dépend de notre capacité à prendre soin et à sauver les autres.

Lorsque la personne a perdu un jumeau dans la gestation, elle peut souffrir du syndrome du jumeau perdu et à défaut d’avoir pu sauver son jumeau, elle va chercher à sauver le monde, les animaux, les humains, la planète, à commencer par son entourage, son conjoint, ses enfants, sa famille, ou ses amis.

Les origines de la croyance en la nécessité de sauver les autres viennent aussi d'expériences où ces personnes ont été encouragées à prendre soin des autres au détriment de leurs propres besoins et émotions. Pour d'autres, selon les schémas familiaux, l'amour et l'attention étaient conditionnels à la satisfaction des besoins des autres. Elles peuvent se retrouver dans des relations déséquilibrées où elles sacrifient constamment leurs propres besoins et désirs pour ceux de leur partenaire. Elles peuvent également se sentir responsables du bonheur et du bien-être de leur partenaire, adoptant un rôle de sauveur ou de soignant. Cette dynamique peut entraîner une perte de soi dans la relation.


Invitation : Reconnaître les schémas de comportement Co-dépendants et développer des stratégies pour établir des limites saines dans les relations. Apprendre à se soutenir soi-même émotionnellement et à cultiver des relations basées sur l'égalité, le respect mutuel et la réciprocité.


La Croyance en l'indisponibilité de l'Amour

Un arbre en forme de coeur

Une croyance répandue chez les personnes dépendantes affectives est celle selon laquelle l'amour est rare ou difficile à trouver ou inatteignable, les poussant à s'accrocher à des relations malsaines par peur de la solitude ou de l'abandon.

Certaines personnes ont été blessées par des relations antérieures. D'autres ont vécu des schémas familiaux où l'amour était conditionnel ou instable, créant une perception négative de l'amour comme étant peu fiable ou inaccessible.


La croyance en l'indisponibilité de l'amour a pour conséquence d’adopter une attitude de désespoir ou de résignation par rapport aux relations, se convainquant soi-même de ne pas mériter l'amour véritable, où qu'il est impossible de trouver un partenaire qui nous aime vraiment. Cette croyance pousse à s'accrocher à des relations malsaines par peur de la solitude, tout en reconnaissant qu’elles sont néfastes. Les personnes dépendantes peuvent tolérer des comportements abusifs, négligents ou désintéressés de la part de leur partenaire, par peur que personne d'autre ne les aime jamais.


Invitation : Remettre en question les croyances erronées sur l'amour et l'estime de soi. Développer des stratégies pour cultiver un sentiment de valeur personnelle indépendant de l'approbation des autres.


Les Conséquences de la Dépendance Affective


Difficulté à mettre fin à des Relations Toxiques

En raison de la peur de l'abandon ou de l'isolement, la difficulté à mettre fin à des relations toxiques est un aspect central de la dépendance affective. Pour de nombreuses personnes qui en souffrent, rompre avec une relation malsaine peut être extrêmement difficile, même si elles reconnaissent que la relation leur est préjudiciable.

La difficulté à mettre fin à des relations toxiques découle de la peur de l'abandon ou de la solitude, qui pousse à rester dans une relation insatisfaisante plutôt que de faire face à la douleur de la séparation. Les personnes dépendantes peuvent rester dans une relation abusive ou destructrice pendant des années, sacrifiant leur propre bonheur et leur propre santé pour maintenir la relation. Cette dynamique entraîne une perte d'estime de soi, une dépression, de l'anxiété et d'autres problèmes de santé mentale. Elles peuvent également être victimes de chantage émotionnel ou de manipulations de la part de leur partenaire, qui utilisent leur peur de l'abandon pour les maintenir sous leur emprise.


La Perte d'Identité 

Deux masques, l'un rieur et l'autre triste

En s'identifiant fortement à leur partenaire ou à leur relation, les personnes dépendantes affectives perdent leur propre sens de l'identité et de l'autonomie au profit de la relation. Quelle que soit son origine, la perte d'identité se produit souvent de manière insidieuse, au fil du temps, à mesure que la personne dépendante affective sacrifie ses propres besoins et désirs pour maintenir la relation.

Elles peuvent se sentir déconnectées de leur propre moi authentique, se demandant qui elles sont réellement en dehors de la relation. Cette perte d'identité entraîne une confusion, une dépression et une anxiété, ainsi qu'une diminution de l'estime de soi et de la confiance en soi. De plus, elles peuvent avoir du mal à poursuivre leurs propres intérêts, passions et objectifs de vie, car elles ont été submergées par les besoins de leur partenaire et deviennent de plus en plus enchevêtrées avec celui-ci.

Ce fonctionnement entraîne un déséquilibre de pouvoir et une dépendance émotionnelle dans la relation.


Invitation : Reconnaître les schémas de comportement co-dépendants. Apprendre des stratégies pour retrouver un sens de soi authentique et indépendant. Apprendre à cultiver des relations basées sur l'égalité, le respect mutuel et la réciprocité.


L’Isolement Social 

Les comportements liés à la dépendance affective, tels que la jalousie excessive ou le contrôle, peuvent éloigner les amis et la famille, laissant la personne encore plus dépendante de son partenaire. Elle se retrouve progressivement coupée de ses relations extérieures en raison de son engagement excessif dans une relation ou de ses schémas comportementaux liés à la dépendance.

La personne dépendante est tellement absorbée par sa relation qu'elle néglige ses autres relations sociales, y compris avec la famille, les amis et les collègues. De plus, les comportements d’évitement des conflits ou la nécessité de contrôler la relation, renforcent un retrait progressif des interactions sociales.

En perdant le soutien social de ses proches, la personne dépendante peut se retrouver sans ressources pour faire face aux défis de la relation ou pour trouver du soutien en cas de besoin. Elle devient de plus en plus dépendante de son partenaire pour son soutien émotionnel et social. Cela peut exercer une pression excessive sur la relation, en la transformant en une bulle étouffante où les deux partenaires sont isolés du monde extérieur. Cette dynamique amène un sentiment d'étouffement et de claustrophobie, ainsi qu'une perte de perspective sur la réalité de la relation.


Invitation : Renouer avec des amis et les membres de la famille que l'on a négligés. S'impliquer dans des activités sociales et communautaires, ou même chercher un soutien professionnel auprès d'un thérapeute ou d'un groupe de soutien. Développer un réseau de soutien solide en dehors de la relation.


L’Anxiété et la Dépression 

Une femme ressentant anxiété et dépression

La dépendance affective peut être étroitement liée à des troubles anxieux et dépressifs, car le besoin constant de validation externe et la peur de perdre l'amour entraîne un stress chronique et une détresse émotionnelle.

L'anxiété et la dépression sont des compagnons fréquents de la dépendance affective, exacerbant souvent les souffrances émotionnelles des personnes qui en sont touchées et créant un cercle vicieux difficile à briser.


Les origines de l'anxiété et de la dépression dans le contexte de la dépendance affective sont multifactorielles. Des expériences passées qui ont semé les graines de l'anxiété et de la dépression, exacerbent ces troubles. Des schémas familiaux ou culturels où l'expression des émotions était réprimée où invalidée, ont créé un terrain fertile pour le développement de troubles mentaux. Les personnes vont ressentir une anxiété chronique par rapport à la relation, craignant constamment l'abandon ou la perte de l'amour de leur partenaire. De plus, la dépression engendre un sentiment de désespoir, ainsi qu'une perte d'intérêt pour les activités qui étaient autrefois sources de plaisir.

Les symptômes de l'anxiété et de la dépression peuvent être confondus avec des signes de détachement ou de désintérêt par le partenaire, ce qui aggrave la dynamique de la relation.

 

Invitation : Travailler sur soi-même en thérapie individuelle pour explorer les racines des troubles mentaux et apprendre des stratégies pour gérer l'anxiété et la dépression de manière saine.


Conclusion

La dépendance affective est un défi complexe qui nécessite une prise de conscience et un travail sur soi-même. En identifiant et en remettant en question les peurs et les croyances qui sous-tendent cette condition, il est possible de commencer à se libérer de ses chaînes et à cultiver des relations plus saines et équilibrées.

En fin de compte, le chemin vers l'autonomie émotionnelle et le bien-être passe par la compréhension et la transformation de nos peurs et de nos croyances les plus profondes, en remontant à l’origine de ces peurs et de ces croyances, tant au niveau de l’enfance, de la gestation du karma ou des mémoires transgénérationnelles.

À travers cette analyse, il est clair que la dépendance affective est une conséquence de blessures émotionnelles profondes, souvent enracinées dans des expériences passées de rejet, d'abandon ou de négligence.

Cependant, il est important de reconnaître que la dépendance affective n'est pas une sentence définitive. La guérison est possible, et un élément crucial de ce processus est la libération des mémoires liées à l'abandon. En travaillant pour identifier et guérir ces blessures émotionnelles, nous pouvons commencer à reconstruire notre estime de soi, à établir des relations plus saines et plus équilibrées, et à retrouver un sentiment de bien-être émotionnel et mental.

La libération des mémoires karmiques, à l’origine de la blessure d’abandon, peut se faire à travers divers protocoles thérapeutiques. Nous pouvons explorer en toute sécurité les racines de nos blessures émotionnelles et apprendre des stratégies pour les guérir et les transformer.

En fin de compte, la dépendance affective n'est pas une fatalité, mais plutôt une invitation à un voyage de guérison et de croissance personnelle. En choisissant de faire face à nos peurs et à nos blessures, nous pouvons commencer à briser les schémas destructeurs qui entravent notre bonheur et à embrasser une vie remplie de relations authentiques, d'amour-propre et de joie. La route peut être difficile, mais le voyage en vaut la peine, car il nous conduit vers la liberté et l'accomplissement de notre véritable potentiel humain.


N'hésitez pas à me contacter pour plus d'information sur les libérations des mémoires cellulaires, des peurs et des croyances limitantes.


Chaleureusement,

Maryline MÉREL

Thérapeute Mémoire Cellulaire

07 55 62 85 45



MERCI de soutenir mon travail sur tipeee.com ou sur PAYPAL

 

Profitez d'un échange téléphonique de 30 mn pour cibler votre problématique !





105 vues0 commentaire

Comments


07 55 62 85 45

bottom of page